Amsterdam, Copenhague et Neuchâtel

Le vélo a été inventé au Nord, c’est connu. Quand nous évoquons les vélos et les pistes cyclables, la Hollande et le Danemark ne sont jamais loin. Les adeptes brandissent ces pays comme un exemple à suivre, tandis que les sceptiques, qui n’osent pas imaginer aller acheter leur beurre sans voiture, se réfugient derrière la topographie de Neuchâtel.

L’équation est trouvée. On fait du vélo là où c’est plat. Amsterdam et Copenhague seraient des villes par essence adaptées au vélo. Mais c’est faux. Ces villes étaient envahies par les voitures et ce sont des décisions politiques qui ont permis la cohabitation entre voitures, cyclistes et piétons.

Vous avez 6 minutes? Visionnez ce film sur Amsterdam (en anglais, avec sous-titrage en français disponible).

Une ville, cela se construit, se façonne, se transforme. C’est notre lien de sociabilité. C’est là qu’on se rencontre, se délasse ou qu’on fait ses courses. Prenez encore 2 minutes et visionnez Des villes à hauteur d’homme. Si toutes les villes n’ont pas un Jan Gehl sous la main, il n’est pas interdit de s’en inspirer.

Remarques en vrac

Si vous préférez la gestion du trafic de Bangkok à celle de Copenhague, je ne peux rien faire pour vous. Si vous pensez que le vélo est une illusion romantique pas adaptée à notre mode de vie ou à notre ville, permettez-moi quelques remarques en vrac.

  • J’ai une voiture et aucune volonté de m’en séparer. Pour les trajets courts, j’essaie de privilégier le vélo. Ce sont deux moyens de transport complémentaires.
  • L’absence de véritables pistes cyclables sécurisées dans cette ville – et ce canton – rend le vélo dangereux et invite les concitoyens à choisir leur voiture. Ce n’est qu’une véritable politique de mobilité douce qui peut nous inciter à nous déplacer autrement. Sans exclure les voitures.
  • Dans les deux villes mentionnées, le vent, la pluie et le froid sont des éléments naturels bien plus indisposants qu’une petite colline. Et le vélo électrique existe.
  • Je suis persuadé que tôt ou tard nous imiterons ces villes du Nord. La question est juste de savoir quel retard nous voulons avoir.

Je suis allé dans une petite ville du nord de l’Europe récemment. Une ville dynamique qui ne vit pas dans les ténèbres de l’ère pré-industrielle. Les voitures étaient parquées en périphérie. Dans la ville, uniquement des vélo et des piétons. Et vous savez quoi? Les gamins jouent au foot dans la rue, devant chez eux, en pleine ville. Des images impensables ici.

Bonne fête des vendanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *